PODCAST

FICA Vesoul

Recherche :
Vous êtes ici : Réalisateurs

En compétition FICA 2012

Ermek Chinarbaev est né en 1953 à Almaty, au Kazakhstan. Il étudie au VGIK de Moscou tout d’abord pour être comédien, puis cinéaste. En 1982, il réalise un court métrage, La Belle en deuil qui est le point de départ de Cœur fragile. Il travaille sur plusieurs scénarios de ses films en tandem avec l’écrivain Anatoli Kim. C’est le cas pour La Vengeance, qui est montré au Festival de Cannes en 1989. Ma Vie sur le bicorne obtient à son tour un Léopard d’or à Locarno en 1993.
Filmographie :
- 2014 Golos stepeï (La voix des steppes)
- 2013 Painter Erbolat Tolepbai (Documentaire)
- 2009 Letters to an Angel
- 1998 Concert in Barbican Hall (court-métrage)
- 1994 Alciz Shurek (Cœur fragile)
- 1993 Azghyin ushtykzyn’azaby (Ma vie sur le bicorne)
- 1989 Mest (La Flûte de roseau)
- 1987 Vyyti iz lesa na polyanu
- 1985 Ma sœur Lucie
- 1982 La belle en deuil


Golam Rabbany Biplob est né en 1974 au Bangladesh. Il a fondé et dirigé le Festival international du film du Bangladesh. Il est le Vice Président et ancien Secrétaire Général de la Fédération internationale des ciné-clubs. Il a écrit et réalisé deux longs métrages de fiction Sur les ailes des rêves (2007) et Au-delà du cercle (2009), et un court métrage, Shohozatry (2010). Il est le cinéaste bangladais le plus connu sur le plan international et ses deux films ont été sélectionnés dans 50 festivals internationaux. Il a fait partie de nombreux jury de festivals de films.


Niki Karimi est née en 1971 à Téhéran. Après le bac, elle débute une carrière de comédienne. Elle a joué dans une vingtaine de films, notamment dans des films de Dariush Mehrjui. Elle est devenue une star du cinéma contemporain iranien et a été récompensée dans plusieurs festivals.
Ses deux premiers films ont été présentés à Vesoul et elle a été membre du jury international en 2008.
Elle présente son film Final Whistle en compétition.
Filmographie (réalisatrice) :
- 2011 Sout-e payan
- 2006 Chand rooz ba’d...
- 2005 Yek shab
Filmographie (actrice) :
liste exhaustive sur IMDb

Niki Karimi au festival de Vesoul, par Jeffdelonge, sous licence CC BY-SA 3.0.


Kore-eda Hirokazu est né à Tokyo.Après des études à la Waseda University, il a travaillé pour une chaîne de télévision indépendante. Son premier film de fiction Maborosi reçoit l’osella d’or à Venise en 1995 et le prix du meilleur acteur est décerné à l’un des jeunes acteurs de Nobody Knows au Festival de Cannes en 2004.
Il est producteur, scénariste et réalisateur. L’intégrale de son œuvre (14 films) est présentée au FICA en sa présence.
Son dernier film, I Wish, est présenté en première française en ouverture du festival.
Le FICA lui remet un Cyclo d’or d’honneur pour l’ensemble de son œuvre.
Filmographie :
- 2013 Tel père, tel fils
- 2011 I Wish - nos vœux secrets
- 2009 Kûki ningyô
- 2008 Aruitemo aruitemo
- 2006 Hana yori mo naho
- 2004 Nobody knows
- 2001 Distance
- 1998 After Life
- 1995 Maborosi
- 1991 Mou hitotsu no kyouiku - Ina shogakkou haru gumi no kiroku
- 1991 Shikashi - Fukushi kirisute no jidainni

Koreeda Hirokazu at the Toronto International Film Festival 2009, par Bryan Chan, sous licence CC BY-SA 2.0.


Rachid Nougmanov est né en 1954 à Almaty. Il étudie l’architecture puis suit les cours du VGIK de Moscou dans le groupe de Sergueï Soloviev. Il fait scandale avec son premier court métrage consacré aux milieux underground de Moscou. Il a été secrétaire général de l’Union des cinéastes kazakhs de 1989 à 1992. Il présente son film L’Aiguille et participe à la Journée professionnelle sur le cinéma au Kazakhstan. Filmographie :
- 2010 Igla Remix
- 1993 Dikiy vostok
- 1988 L’aiguille
- 1987 Iskusstvo byt smirnym (court-métrage)
- 1986 Yya-Khkha ! (court-métrage)

Reza est l’un des reporters-photographes les plus reconnus de sa profession sur la scène internationale. Contraint à l’exil de son pays natal, l’Iran, en 1981, Reza vit aujourd’hui à Paris et parcourt le monde depuis trente ans, du Bosphore à la grande muraille de Chine, du Cap à la Camargue, témoignant des blessures et des joies de ceux qu’il croise sur sa route. Ses témoignages visuels sont diffusés internationalement sous forme de livres, d’expositions, de documentaires.
Il est le sujet du documentaire en compétition Parvaz, l’envol de Reza d’Ali Badri. qu’il présente.
Photographies


Portrait Reza, par Mark Thiessen ; licences CC 4.0 International, 3.0 Unported, Generic, 2.0 Generic et 1.0 Generic.