PODCAST

FICA Vesoul

Recherche :
Vous êtes ici : Thématique » Articles Inalco 2012

Hommage à Kore-Eda Hirokazu - Hana (Hana Yori Mo Naho)

JPEG - 21.2 ko

Un film de KORE-EDA Hirokazu (Japon, 1986, 110 mn)

Par Ambre PRESLES

Hana n’est pas parmi les films les plus connus du réalisateur japonais, et il est loin de faire l’unanimité. Certains en parlent même comme un écart de Kore-Eda Hirokazu. Ce sont pourtant deux heures de bonheur pendant lesquelles le réalisateur revisite totalement le genre du jidai-geki (film historique de samouraïs).

Partant d’un scénario classique de vengeance – un jeune samouraï d’un quartier pauvre d’Edo qui veut tuer l’assassin de son père - le réalisateur semble prendre un immense plaisir à tordre les codes de ce genre qu’il maîtrise totalement.

Il n’hésite pas à jouer la carte des blagues faciles, parfois salaces, mais les détourne souvent subtilement, rendant la scène cocasse et parfois franchement hilarante. Ainsi, la scène où l’oncle du héros - venu rendre visite à son neveu - se méprend, au cours d’une conversation, sur le sens du mot « pinceau ». Y trouvant une connotation phallique et croyant que son neveu utilise ce mot de manière détournée, il s’imagine que celui-ci s’occupe de l’éducation sexuelle de tout le voisinage, alors que le jeune homme ne fait qu’apprendre à écrire à ses voisins analphabètes.

Le héros, par moments presque surjoué, pourrait donner au film un air de mélodrame un peu niais. Mais ce serait sans compter sur le talent du réalisateur, qui ne cède rien à la facilité, n’hésite pas à multiplier différentes formes de comique, et permet aux personnages stéréotypés de nous faire rire tant le scénario est bien ficelé.

Kore-Eda, jouant sans cesse avec les limites de la parodie sans jamais les dépasser, réussit avec une grande adresse à nous livrer, entre ses deux films les plus connus (« Nobody knows » 2004 et « Still walking » 2008) un film drôle, dans lequel il parvient à glisser ingénieusement les thèmes de la famille et de la disparition qui lui sont chers. Du plaisir et du rire donc, qui font de ce film une belle découverte.









De gauche à droite :
Pascal Griolet, enseignant à l’Inalco,
Bastian Meiresonne, consultant FICA,
Kore-Heda Hirokazu


Autour du film : interview vidéo ; critique des films Air Doll, After Life et Nobody Knows ; biographie ; bande-annonce.

Images du film et photographie de l’interview. Tous droits réservés.