PODCAST

FICA Vesoul

Recherche :
Vous êtes ici : Thématique » Articles Inalco 2011

Francophonie d’Asie : Cambodge - La Terre des âmes errantes

JPEG - 21.1 ko

Un film de Rithy Pahn (Cambodge, 1996, 100 mn)
par Antoine De Mena

En 1999, la pose du premier câble de fibre optique du Cambodge mobilise une main d’œuvre flottante qui travaille nuit et jour pour un salaire de misère.

Paysans pauvres, soldats démobilisés et familles sans ressources s’affairent à l’enfouissement du câble dans une tranchée creusée à un mètre de profondeur. Avec l’avancée des travaux, des mines et des ossements humains apparaissent régulièrement, rendant obsédantes la mémoire de la guerre et la présence des âmes errantes des millions de morts restés sans sépultures.

Deux ans avant la réalisation de S21, la machine de mort khmère rouge, Rithy Pahn parvient avec La Terre des âmes errantes à réinscrire durablement le souvenir du génocide khmer dans le présent du Cambodge. Le sujet abordé est d’une efficacité et d’une prégnance redoutables, puisqu’il permet non seulement de mettre à jour des éléments du passé physiquement enfouis, mais également de révéler – par le biais de la main d’œuvre mobilisée – une pauvreté, un dénuement et un illettrisme qui apparaissent comme les conséquences directes des dérèglements passés et des dysfonctionnements présents.

“Les khmers rouges n’ont pas seulement tué des gens ; ils ont fait d’hommes comme moi des ignorants qui ne savent pas où ils vont, où ils ont la tête ; on n’a pas étudié, on ne sait rien. Ils ont fait de ma génération une masse d’ignorants. On ne trouve pas de travail. On ne peut être qu’ouvrier.” Déclare l’un des paysans ouvriers, désormais sans terre.

Face à cette réalité humaine régie par l’ignorance, la pénibilité du travail, le harassement et la faim, Rithy Pahn propose un regard poétique sur les corps en souffrance et sur la pulsion de vie. Et suscite ainsi une réflexion critique unissant passé et présent sans solution de continuité.


Autour de ce film : critique de Les gens d’Angkor, Francophonie d’Asie : Cinéma cambodgien.

Images des films. Tous droits réservés