PODCAST

FICA Vesoul

Recherche :

Snow On Pines - (Barf Rooye Kajha - اهجاک یور فرب)

PNG - 39.6 ko

Un film de Payman Maadi (Iran, 2013, 96 min)

par Philippe Desvalois

Roya, la quarantaine, vit avec son mari Ali, la cinquantaine, dans un appartement confortable où elle donne des cours de piano. Sa vie semble équilibrée entre un mari qu’elle aime, son travail, sa mère et une très bonne amie. Après 14 ans de mariage, Ali la quitte soudainement. Elle doit soudain envisager une autre façon de vivre et faire face aux nouveaux besoins qui sont les siens.

Six mois plus tard, Ali, certainement lassé par sa nouvelle conquête, veut revenir à la maison et cherche à se faire pardonner. Il est surpris par la réaction de Roya qui lui fait des révélations sur sa vie personnelle.


Payman Maadi est né en 1972 à New York, de parents iraniens. Il est retourné vivre en Iran à l’âge de cinq ans. Il a d’abord été scénariste, à la fin des années 2000, de nombreux films iraniens connus. Puis il a commencé sa carrière d’acteur dans le film About Elly d’Ashgar Farhadi en 2009. En 2011, il a été récompensé par l’Ours d’argent à Berlin, pour son rôle dans La Séparation, d’Ashgar Farhadi. Snow on Pines est son premier long métrage de fiction.


Payman Maadi est un acteur très célèbre en Iran. Malgré cette reconnaissance, l’écriture de Snow On Pines a duré quatre ans. Il a fallu jouer avec la censure –le projet a été bloqué pendant plus d’un an, puis le film a mis deux ans pour être distribué. La plus grande victoire de Payman Maadi est donc, selon lui, que son film soit finalement sorti sur les écrans de son pays.

Snow On Pines révèle dans un très beau noir et blanc la situation difficile des femmes dans l’Iran moderne à travers la vie de Roya, quarante ans (Mahnaz Afshar, formidable et magnifique). Le scénario, qui présente un couple plutôt aisé, traite de la complexité des relations humaines sans donner de réponse trop tranchée (censure oblige). Le film prend une tournure particulière quand Roya découvre que son mari Ali a une liaison avec sa jeune élève Nasim, vingt ans de moins. La séparation est inévitable et Ali quitte l’appartement cossu sans donner de nouvelles. D’abord abattue, Roya s’ouvre peu à peu au monde et goûte une nouvelle liberté. Elle rencontre un autre homme, un jeune musicien. Quand Ali revient sur ses choix, Roya qui était prête à avancer se retrouve confrontée à un dilemme. Elle se bat littéralement avec sa conscience. Pourtant, tout est délicatement présenté, les personnages ne montrent jamais clairement leur attachement… que l’on devine grâce aux regards des acteurs.

« Il est un sujet très controversé en Iran, c’est lorsque vous voulez raconter une histoire de femme et que vous voulez présenter sa vie personnelle dans son ensemble. Il y a beaucoup de tabous en Iran au sujet des femmes. Je savais que ce serait un peu sensible, mais quand le projet a été censuré, je suis devenu certain que ça marcherait..." raille le réalisateur.

Payman Maadi ajoute que, « malgré la censure qui était très inquiète face à cette représentation de la femme, la plupart des religieux ont écrit de belles critiques dans les journaux à propos du film. » Snow on pines a été aussi bien accueilli par le public que par les critiques. Il a en effet remporté les prix du meilleur film, du meilleur scénario et de la meilleure actrice pour Mahnaz Afshar à l’équivalent iranien des Césars en 2013. « Avec les difficultés que nous avons l’habitude d’avoir en Iran, je pense que le succès dans mon pays est le plus important pour moi. Il était très important pour moi d’être bien reçu en Iran. »


Autour de ce film : bande-annonce.

Portrait de Payman Maadi et image du film. Tous droits réservés.