PODCAST

FICA Vesoul

Recherche :

Adventure - приключение

JPEG - 46.9 ko

Un film de Nariman Turebayevde (Kazakhstan, 2014, 78 min)
Par Alejandro Marx

Marat, jeune célibataire, vit seul. Il travaille comme agent de sécurité. Il vit cette existence solitaire sans rien changer d’un quotidien ennuyeux. Or, un jour, quelque chose d’inattendu arrive. Marat voit une jeune fille dans la rue près de sa maison. Cette fille s’appelle Maryam et quand elle va accidentellement entrer dans la vie de Marat, les nuits de ce dernier vont être pleines d’aventures.

Adventure est la libre adaptation du roman Nuits blanches de Dostoïevski.

« Dostoïevski est un auteur très moderne ; en fait son style s’adapte à toutes les époques et toutes les villes... Et quand vous écrivez sur l’amour, il n’y a pas de frontières. C’est ma première expérience d’adaptation au cinéma d’une œuvre littéraire. Peut-être que je le ferai encore. J’ai beaucoup aimé ».

Nariman Turebayev


Adventure (приключение) de Nariman Turebayev est un film en provenance du Kazakhstan. Ce film raconte la relation tumultueuse d’un gardien de sécurité nommé Marat avec une fille nommée Mariyam qu’il a sauvé d’une agression lors d’une nuit où il était de service. Marat est une personnalité solitaire et passive alors que Mariyam est une personne vive et fêtarde, mais également déboussolée suite à la disparition d’un homme aimé. S’ensuivra une relation où Marat est à tour de rôle le confident puis le souffre-douleur de Mariyam. Et pour Mariyam, un possible nouveau départ dans une nouvelle relation.

JPEG - 107.1 ko

Ce mélodrame pose la question de notre relation avec nos vies passées, et comment elles peuvent affecter notre présent. Les personnages que nous rencontrons lors des tribulations des deux héros sont comme des avertissements sur les risques que l’amour fou peut comporter. Les personnalités des deux héros sont totalement opposées mais se complètent aussi de manière excessive, comme deux âmes sœurs. Les relations que nous créons peuvent être éphémères et malheureuses, mais elles continuent de nous toucher même si nous passons à autre chose.

Le film est principalement tourné la nuit, ajoutant une dose d’irréel urbain, solitude de la ville moderne où la monotonie - et les histoires de la patronne du bar - n’est interrompue que par la rencontre de Marat avec Mariyam. Les actions répétitives symbolisent l’aliénation de Marat à son travail. Tout cela fait de ce mélodrame,une œuvre qui peut être appréciée par des publics de sensibilité culturelle différente au Kazakhstan


Autour du film : interview de l’actrice Aynur Niyazova ; Bande annonce.

Affiche et photographie du film. Tous droits réservés.