PODCAST

FICA Vesoul

Recherche :
Vous êtes ici : Thématique » Articles Inalco 2015

Hommage (Chine) - Song of the Phoenix

Par Jonathan Guyon Bouffy

Dans son ultime film intitulé Song of the Phoenix (Bai niao chao feng), Wu Tian-ming - décédé en 2014 - nous livre un message pour les futures générations de cinéastes chinois.

En introduisant le spectateur dans l’univers de la musique traditionnelle du Shanxi et en particulier du suona, un instrument à vent, le cinéaste interpelle les spectateurs sur la place des traditions dans le monde contemporain.

Le chant du Phénix retrace l’apprentissage et la vie d’un jeune joueur de suona, Tianming, auprès du maître Jiang. Tianming se retrouve face à une société moderne urbaine chinoise où le prestige de la pratique d’instruments traditionnels décline et tend à disparaître. De nombreuses idées sont présentes en filigranes, elles résonnent comme les derniers mots d’un réalisateur avant de partir. Il semble dire que les générations se suivent et ne se ressemblent pas, mais qu’elles doivent se respecter dans un monde en perpétuels changements. Il ne faut pas oublier ses racines, ses ancêtres, nos prédécesseurs... Par l’entremise de la fiction il exprime ainsi ses conseils, ses doutes et ses espoirs quand à l’avenir et à la sauvegarde des traditions.

La pratique musicale et la transmission de maître à disciple permettent à Wu Tianming d’exposer et de rappeler la morale confucéenne qui est centrale tout au long de ce film. L’âme n’est ni bonne ni mauvaise, pas plus que la société dans laquelle nous vivons, il tient à chacun d’acquérir les richesses de la vertu. Maître Jiang enseigne la technique du suona avec la noblesse spirituelle digne de Confucius, bienveillance et moralité. Les valeurs de ses disciples semblent bien plus importantes à ses yeux que leur habilité avec leur instrument. L’apogée de cette morale se trouve dans le choix du maître de jouer ou non le chant du Phénix. Ce morceau virtuose se mérite et est joué par le maître uniquement aux funérailles de personnes sages, dignes de cet honneur.

Malgré des thèmes peut-être un peu trop nombreux et quelques lourdeurs techniques, Le chant du Phénix est un hommage de Wu Tianming à ses racines culturelles ; tout comme il s’est inspiré des générations précédentes il est devenu aujourd’hui l’inspirateur de la 5ème génération de réalisateurs chinois


Wu Tianming incarnant le personnage Zhou dans Full Circle de Zhang Yang (Chine, 2012). Il s’agit là du dernier rôle de la carrière de Wu Tianming en tant qu’acteur.


Autour de cet article : filmographie ; bande-annonce.

Tous droits réservés